Accueil / A la Une ! / Parrainage – la majorité impose sa loi

Parrainage – la majorité impose sa loi

image_pdfimage_print
Appelés à statuer sur le projet de loi N°13/2018 portant révision de la Constitution, les députés de la treizième législature ont donné leur aval à l’instauration du parrainage citoyen pour tous les candidats à la présidentielle. Face à la majorité parlementaire, les députés de l’opposition ont tant soit peu tenté de retarder le vote de la loi en question. De fil en aiguille, après quelque 9h 30 mn de bisbilles avec une majorité qui a rejeté sans fortiori toutes les questions préalables soulevées pour chercher à ajourner la séance, les députés de l’opposition et les non-inscrits ont boudé la séance. La majorité parlementaire a alors adopté, sans débat, la loi sur le parrainage.
Des députés qui se bousculent. Yaya Sow, député-maire de la commune de Ribot Escale et Seydina Fall Bougazelly qui se débattent pour chercher à déloger du parloir central le député du Parti démocratique sénégalais (Pds), Toussaint Manga qui a fini d’y installer ses quartiers, le député non-inscrit de Pastef, Ousmane Sonko qui se débarrasse de sa veste pour venir rejoindre son collègue député Toussaint Manga au niveau du pupitre central, un brouhaha indescriptible dans la séance de plénière de l’Assemblée nationale, avec des parlementaires qui se chamaillent. Tel était le décor qui a prévalu hier, lors du vote de loi portant modification de la Constitution, dans le but d’introduire le parrainage pour tous. En effet, après avoir senti la pesanteur de la majorité parlementaire qui a fini de rejeter les questions préalables posées par les députés de l’opposition, notamment Aïssatou Tabara de la diaspora et Me Madické Niang, président du groupe parlementaire de l’opposition «Liberté et démocratie», visant à ajourner la séance, le député et ancien leader des Jeunesses libérales Toussaint Manga a pris d’assaut le parloir.

Ce dernier désirait prendre la parole sans l’accord du président de l’Assemblée nationale qui voulait passer au débat sur la loi. Ce qui n’a pas plu aux députés de la majorité, notamment Yaya Sow, qui a quitté aussi son siège pour essayer de lui faire quitter le pupitre. C’était sans compte avec la détermination du jeune libéral, jouant ainsi sur sa force physique, pour se maintenir au niveau de la tribune. S’en suivit alors une bousculade et un désordre indescriptible dans la salle. Pour prêter main forte à leur collègue, certains députés de l’opposition, à l’image  d’Ousmane Sonko, non-inscrit, l’ont rejoint. Mieux, Ousmane Sonko s’est même dévêtu de sa veste pour venir bloquer ceux qui voulaient faire déloger Toussaint Manga. La salle était sens dessus dessous et il était impossible d’entendre ce que disaient les uns et les autres. Il a fallu l’intervention de bonnes volontés, tels le Vice-président, Abdou Mbow, son collègue parlementaire de l’Apr, Moustapha Cissé Lo, le Grand Sérigne de Dakar, Abdoulaye Makhtar Diop et bien d’autres députés, pour calmer les parlementaires de la mouvance présidentielle. De leur côté, Me Madické Niang et compagnie ont aussi demandé à leurs camarades de rejoindre leur siège et de se calmer. Advient enfin le calme qui a permis au président Moustapha Niasse de reprendre la parole pour inviter les présidents des différents groupes parlementaires, ainsi que le représentant des non-inscrits, à le rejoindre dans le salon des présidents pour des concertations, avant de suspendre la séance.

A propos edit-cbs

Photo du profil de edit-cbs

Regarder aussi

Karl Toko Ekambi, footballeur décisif sur les terrains et discret en dehors

Karl Toko Ekambi est devenu le premier Camerounais et le premier Angevin désigné meilleur joueur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *